Vous êtes ici

Outils : share

Le Général Martin de Vignolle (1783-1824)

D'après la bibliographie de Martin de Viqnolle réalisée par Max DAUMAS et l’association "MARSILLARGUES, IL ETAIT UNE FOIS...".

Le Général Martin de Vignolle naquit à Marsillargues le 18 Mars 1763, dans une famille possédant une solide tradition militaire.
Alors qu'il n'était encore qu'adolescent, son père le fit admettre comme cadet au régiment de Barrois-Infanterie dans lequel il avait lui-même servi.
En 1989, lors de la Révolution, Martin de Vignolle était devenu capitaine dans ce même régiment. A la différence de nombreux officiers qui démissionnèrent ou émigrèrent alors, il se rallia de bonne heure aux Idées nouvelles.
Il participa, dès le mois d'avril 1789 à la révolution municipale, que Marsillargues réalisa plus précocement que la plupart des communes de France (pour Paris par exemple au 14 Juillet suivant) et vota comme les autres patriotes le remplacement de l'ancien maire par son propre frère, Jean Vignolle.

Les conflits qui suivirent allaient permettre à Martin Vignolie de faire dans l'armée une prodigieuse carrière. Il participa en effet à la plupart des campagnes de la République, du Consulat et de l'Empire.

Ce fut dans l'armée d'Italie qu'il fit ses premières armes.
Il participa aux batailles de Montenotte, de Lodi, de Castiglione,
Bien vu de ses chefs et du Directoire dont il avait approuvé les coups d'état, il était monté rapidement en grade et devenu général de brigade,
Blessé à la bataille d'Arcole, II abandonna les unités combattantes pour devenir gouverneur du Milanais, jusqu'au traité de Campo-Formio, en 1797.
Il fut ensuite ministre de la guerre dans la République cisalpine, un de ces protectorats crée par le Directoire en Europe.
Il revint en France avec la reprise de la guerre contre l'Autriche.
Son approbation du coup d'état du 18 Brumaire, ainsi que de nouvelles missions en Italie et en Hollande lui valurent une promotion de général de division en 1804,
C'est avec ce nouveau grade qu'il fit campagne en Europe Centrale et qu'il participa à la guerre contre la cinquième coalition, aux batailles d'Essling et de Wagram où il fut blessé et perdit un œil.
Dejà grand officier de la Légion d'honneur, il devint en 1808 chevalier de l'Empire dans la nouvelle noblesse créée par Napoléon 1er, puis comte le 31 Décembre 1809.
Sa fortune personnelle connut elle aussi en même temps une nette progression,
Tout cela faisalt de Martin de Vignolle (dont la particule avait fait sa réapparition dans le patronyme après la Révolution) le plus riche propriétaire de Marsillargues après le marquis de Calvisson.
Le général revint dans l'ancienne République cisalpine devenue le royaume d'Italie, dont le roi n'était autre que Napoléon qui le confiait à un vice-roi son beau fils, le prince Eugène de Beauharnais, auprès duquel Martin de Vignolle remplit la fonction de chef d'état-major, mais resta en Italie pour s'occuper du recrutement de troupes sans suivre le vice-roi dans la campagne de Russie.

Il ne reprit le combat que pendant la bataille de France,, en 1813 et 1814,
II resta en fonction sous Louis XVIII après la chute de Napoléon, mais n'occupa aucune charge pendant les Cent Jours.
A leur retour les Bourbons lui accordèrent, pour cela, leur reconnaissance et s'il fut mis en retraite, ne pouvant plus rester dans l'armée vu son âge, il eut d'autres satisfactions.
Par une lettre du 9 Mars 1815, Louis XVIII l'autorisait " en récompense de ses honorables services... à se dire et qualifier comte...et à porter en tous lieux armoiries et écusson de sables en chevron d'or sur la pointe duquel broche une épée haute en pal d'argent à la garde d'or, accompagné en chef de deux ceps de vigne tigés et feuillés à sinople, fruités d'or, l'écu nimbré d'une couronne de comte ",
Le 1er Avril suivant, il prêtait serment au Roi, ce qui lui valut d'être nommé au Conseil d'Etat, puis, en mars 1818, préfet en Corse.
Il démissionna huit mois plus tard en décembre, pour des raisons Inconnues,
Il se lança peu après dans la politique, En 1819, il était nommé président du collège électoral d’Alès mais c'est seulement aux élections du 25 Février 1824 qu'il fut élu député pour aller siéger à la Chambre,
II repartit alors à Paris ou il avait gardé des relations utiles et la confiance du pouvoir, ce qui, pensait-on, lui laissé le temps d'obtenir l'ultime satisfaction un portefeuille de Ministre, mais il décéda le 15 décembre 1824, '
Cette mort a peut-être privé Marsillargues de l'honneur d'avoir vu trois de ses enfants ministres de l'Intérieur, si Martin de Vignolle avait occupé ce poste entre Jacques Antoine Mourgue et Gaston Déferre.
S'il vous arrive d'aller à Paris, vous retrouverez son nom sur le pilier sud de l'Arc de triomphe (colonne 21, 4ème ligne).
Il est "auteur d'un "Précis historique des opérations militaires de l'armée d'Italie en 1813 et 1814, par le chef des l'état-major général de cette armée (Paris, 1817) ".