Vous êtes ici

Outils : share

Nuisibles

Les termites et autres insectes xylophages

Les insectes xylophages, et les termites en particulier, peuvent occasionner des dégâts importants dans les bâtiments en dégradant le bois et ses dérivés utilisés dans la construction.

Leur activité peut affecter la qualité d'usage des bâtiments mais aussi causer des désordres importants dans leur structure même. Dans les cas les plus extrêmes, elle peut conduire à leur effondrement.

Le dispositif législatif et réglementaire  mis en place vise à la protection des bâtiments. Il définit les conditions dans lesquelles la prévention et la lutte contre les termites et les autres insectes xylophages sont organisées par les pouvoirs publics en vue de protéger les bâtiments et fixe les responsabilités de chacun des acteurs vis-à-vis de la lutte contre les termites.

Délimitation, au niveau départemental, des zones contaminées ou susceptibles de l'être par les termites

Lorsque dans une ou plusieurs communes, des foyers de termites sont identifiés, le Préfet peut, par arrêté préfectoral, sur proposition ou après consultation des conseils municipaux intéressés, délimiter les zones contaminées ou susceptibles de l'être à court terme.

La totalité du territoire du département de l'Hérault a été déclarée, par arrêté préfectoral en date du 20 juin 2001, comme une zone contaminée par les termites ou susceptibles de l'être à court terme.
Obligation de déclarer des foyers infestés.

Dès qu'il a connaissance de la présence de termites dans un immeuble bâti ou non bâti (terrain nu), l'occupant de l'immeuble contaminé, ou à défaut le propriétaire, est tenu d'en effectuer la déclaration en mairie.
Lorsque les termites sont présents dans les parties communes d'un immeuble soumis à la loi sur la copropriété, la déclaration incombe au syndicat des copropriétaires.

La présence de termites a été déclarée  dans le quartier de la Noria en 2014.
Mise en œuvre par les communes de moyen de lutte.

Conformément  à la loi n° 99-471 du 8 juin 1999, le conseil municipal peut délimiter un secteur de lutte contre les termites et autres insectes xylophages.

Le Conseil Municipal de Marsillargues a délimité un périmètre de  lutte contre les termites et autres insectes xylophages, par délibération en date du 1er décembre 2014.

je télécharge la délibération et le périmètre au format PDF

Mise en œuvre des pouvoirs d'injonction du maire aux propriétaires
Le Maire a le pouvoir, par arrêté municipal, d'enjoindre aux propriétaires d'immeubles bâtis et non bâtis situés à l'intérieur d'un secteur, de procéder dans les six mois à la recherche de termites, ainsi qu'aux travaux préventifs ou d'éradication nécessaires.

Renseignements pratiques
Pour en savoir plus


Campagne de prévention contre les moustiques tigres

Les manières concrètes de se prémunir du « moustique tigre »
Les femelles du « moustique tigre » Aedes albopictus pondent leurs œufs à sec et/ou à la limite des eaux stagnantes. Lorsque les conditions climatiques sont favorables (à partir du milieu du printemps), les œufs éclosent dès qu’ils sont au contact de l’eau : ils donnent alors des larves qui, au bout de 5 à 6 jours, donnent, après nymphose, des moustiques adultes et… piqueurs. Très important : ce phénomène se produit avec des eaux sales comme propres.


Gîtes larvaires : un peu partout chez soi
Les « gîtes » de reproduction du « moustique tigre » Aedes albopictus sont de micro dimension, toujours en milieu urbain ou périurbain, jamais en milieux naturels humides ouverts. Ce peut être des creux d’arbres, par exemple, mais surtout une foultitude de petites collections d’eau artificielles telles que :

  • seaux, vases, soucoupes.
  • fûts et citernes.
  • écoulements de gouttières.
  • pneus, boîtes de conserve.
  • et tout petit réceptacle d’eaux pluviales ou domestiques à découvert.


Ces « gîtes » de reproduction sont donc, en grande partie, fabriqués par l’Homme. Ils se trouvent le plus souvent au sein des domiciles privés (cours, jardins, terrasses, balcons…). Dans ce cas, il est impossible de les recenser tous, d’autant que la plupart sont temporaires, aléatoires ou difficiles d’accès.


A vous de jouer : plus d’eau pour les moustiques
Alors, si vous êtes dans cette situation, ne tergiversez pas, car la façon la plus efficace et radicale de se protéger de ces nuisances, c’est ranger, curer, protéger, couvrir (toiles moustiquaires) ou évacuer les eaux stagnantes. Ou mieux encore, chaque fois que possible, supprimer physiquement ces gîtes.
La moitié du succès, c’est vous !

Télécharger la Check-list des gestes à avoir pour se débarrasser des gîtes de ponte


Toutes les infos sur : www.moustiquetigre.org