Vous êtes ici

Outils : share

Étang de l'Or

Suite au bilan du contrat de baie 2003-2007, une structure de bassin a été créée en remplacement du SMGEO, le 17 décembre 2009 . Le SYMBO (Syndicat Mixte du Bassin de l’Or étend son champ d’actions territorial à l’ensemble du bassin versant de l’étang de l’Or) .
Il regroupe le Département de l’Hérault, 4 EPCI (Communautés de Communes : Grand Pic St-Loup, Pays de l’Or, Pays de Lunel et l’Agglomération de Montpellier).


Syndicat Mixte du Bassin de l'Or (SYMBO)

Le SYMBO est administré par un Comité syndical constitué des élus désignés par les collectivités territoriales adhérentes : EPCI (50% des voix) et Département (50 % des voix). Ce partage découle directement des contributions financières qui se répartissent à hauteur de 50 % pour les EPCI et de 50% pour le Département.

Pour la Communauté de Communes du Pays de Lunel : 2 représentants au bureau du SYMBO, Hervé Dieulefès Maire de Saint-Just et Sylvie Objois, adjointe au Maire à Marsillargues.

Organigramme équipe technique et composition du comité syndical à télécharger sur le site de l’étang de l’or : http://etang-de-l’or-.com

 

Missions du SYMBO

  • Gestion de l’Eau
  • Natura 2000
  • Suivis Naturalistes
  • Sensibilisation du Public
  • Gestion des ouvrages
  • Régulation des ragondins

 

Contrat Natura 2000 à Marsillargues
Contrat signé en 2010 par la Commune de Marsillargues avec comme partenaire la société de chasse de Marsillargues. Travaux fin été 2011: curage raisonné d'une roubine avec une pelle amphibie, restauration de petits ouvrages hydrauliques (2012)

 

L'étang de l'Or ou étang de Mauguio

Superficie : 2960 ha
Longueur : 11Km
Largeur : 3Km
Profondeur moyenne : 1.1m

Constitué de l'ensemble des territoires dont les eaux s'écoulent naturellement vers la lagune, le Bassin Versant est l'entonnoir hydraulique de l'étang. Il regroupe 31 communes et 120 000 habitants permanents (la population double en été). La qualité de l'assainissement des eaux usées domestiques recherchée sur ces espaces est donc déterminante pour l'avenir de l'étang.

Les ragondins
Les ragondins (Myocastor coypus) originaires d’Amérique du Sud furent introduits en France sous forme d'élevage pour la fourrure à la fin du XIX° siècle. La présence de zones humides, ainsi qu'un climat tempéré ont favorisé l'expansion de ce rongeur qui a progressivement envahi les cours d'eau et les marais.

Le Syndicat Mixte du Bassin de l'Or (SYMBO) a défini, dans le cadre de ses objectifs de gestion et de conservation de ces milieux naturels, une action prioritaire de réhabilitation des infrastructures hydrauliques, accompagnée d'une opération de limitation des populations de ragondins. Ce projet s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre l'EID Méditerranée et le SYMBO, depuis maintenant douze ans. Il répond à une demande unanime de tous les acteurs et intervenants de cette zone humide : propriétaires, gestionnaires, chasseurs, éleveurs, et des agriculteurs situés en périphérie.

 

 

La commune de Marsillargues
Depuis le début de l’année, 58 ragondins ont été capturés et éliminés. Le piégeage a été réalisé aux mois de février, mars, avril septembre et octobre. Du piégeage est actuellement en cours sur les secteurs de la Pointe de la Pyramide et des Rajols.

Afin de ne pas perturber le piégeage, voici quelques recommandations à suivre :

  • Ne pas déplacer ou fermer les cages installées pour le piégeage des ragondins.
  • Ne pas toucher les animaux capturés qui pourraient alors être agressifs.

Pour information, sur la commune de Marsillargues, deux cages ont été volées au mois de mars, au niveau de la Pointe de la Pyramide.

Depuis une dizaine d'années, bénéficiant de conditions climatiques favorables (hivers doux), les populations de ragondins se développent sans contraintes, en particulier dans les zones humides méditerranéennes de la France.

La présence de ces populations est à l'origine de dégradations notables de ces milieux naturels. Les dégâts que causent ces animaux fouisseurs aux infrastructures hydrauliques rendent difficile la gestion de l'eau. Ils creusent en effet leurs terriers dans les berges entraînant des ruptures de digues, des fuites et des comblements de fossés, ainsi que des difficultés d'accès à la zone humide pour les acteurs locaux.

Télécharger : Note Sur les ragondins (2011)
Télécharger : Plaquette ragondins (fevrier 2011)